Le bruit du vent dans les filaos

Après notre petite virée à Kanchanaburi avec Noon et Vivat sur les traces de l’ignominie humaine, nous voici donc parvenus à Songkhla, pas tout à fait à l’extrême sud de la Thaïlande, mais presque. De Hat Yai, que nous avons tout juste frôlé ce matin, je ne dirais rien, sinon qu’il s’agit d’un grand carrefour routier, un nœud économique qui ne me donne pas tellement envie de la visiter. Songkhla, en revanche, bâtie entre le Golfe de Siam et un grand lac salé, m’intéresse beaucoup plus. La ville n’est pas grande. Elle n’a pas beaucoup de place pour s’étendre. Entre la lagune et l’île où nous avons déjeuné et les grandes plages de sable clair qui bordent les eaux turquoise, la ville ancienne – elle remonterait au VIIe siècle – possède cette langueur qui me charme tant ici. Il n’y a sans doute pas grand chose à y faire, mais sûrement beaucoup à voir… 

Rien que le paysage est magnifique. Il me rappelle un peu Saint-Martin. Collines, forêt, mangroves et grande lacune. Un Saint-Martin donc le point culminant s’ornerait d’un grand chedi blanc auquel on accède par un funiculaire – c’est que le pic mesure 106 m et qu’avec cette chaleur, il faudrait être fou de trop souffrir ! – et d’où le point de vue sur Songkhla est tout simplement superbe.  

Et comme d’habitude, le plaisir que nous avons d’être ici se double de la gentillesse de l’accueil. Ce matin à l’aéroport, deux jeunes professeurs nous attendaient, qui se sont mis en quatre pour nous faire plaisir. Un vrai bonheur ! 

Mais le comble, c’est l’hôtel. Un 4 étoiles sur la plage, des chambres grandes comme des appartements, avec la vue que l’on imagine. Oui, vous avez bien lu : DES chambres. Une chacun. Dans ce luxe insolent, à des milliers d’années-lumière de ce drôle d’hôtel de Ba Dong, n’est-ce pas Patrick et Suzy, il ne semblait pas tout à fait naturel pour la dame de l’accueil que Jean-Pierre et moi puissions dormir dans la même pièce. Après tout, nous sommes dans le sud. Peut-être, dans ces provinces musulmanes, est-on plus prude qu’ailleurs en Thaïlande… 

Publicités